WESTERN PLEASURE

Parmi les disciplines de l’équitation western, le western pleasure est l’une des plus populaires. C’est une discipline idéale pour les débutants qui souhaitent acquérir de l’expérience et du self-contrôle à l’occasion des shows.
Contrairement aux épreuves de reining, trail et autres, le participant à une épreuve de western pleasure n’est pas seul en piste. Il peut se “cacher” parmi les autres cavalier.

Bien entendu, le fait de se cacher parmi les autres competiteurs ne fait pas tout le western pleasure, mais cela aide souvent énormément le débutant de ne pas être le seul sous l’oeil des juges et du public.
Gagner une class de western pleasure n’est pas plus facile que de gagner une autre épreuve, il faut sortir de la masse, ce qui est d’autant plus difficile qu’il y a beaucoup de cavaliers concurrents.

Etre compétitif dans une classe de western pleasure nécessite de bien connaitre ce que recherche le juge, et d’être capable de présenter son cheval dans ce sens.

Que demande le juge ?
Par dessus tout, le cheval de western pleasure doit sembler être un vrai plaisir à monter. Evidemment, un cheval aux allures rudes, difficile à contrôler, à manoeuvrer et agressif envers les autres chevaux n’est pas un cheval de pleasure.

En pleasure, le juge recherche le meilleur couple, avec le quarter horse aux allures les plus agréables et confortables, que l’on mène rennes longues et qui répond aux moindres demandes. Contrairement à ce que certains croient, le vainqueur de l’épreuve n’est pas celui qui a le cheval aux allures les plus lentes.

Certains cavaliers essaient de faire déplacer leur cheval le plus lentement possible, ce qui entraîne des difficultés qui coutent des points : des allures différentes entre les antérieurs et les postérieurs, un quarter horse qui ne semble pas heureux, les oreilles fixes, la queue qui fouette, le nez en l’air… tout cela à cause du cavalier qui leur demande des choses qui ne sont pas naturelles.

En épreuve de pleasure, les chevaux sont showés aux 3 allures et dans les 2 directions. Les changements d’allures sont demandés par le speaker : au pas (walk your horses), au trot (jog your horses), au galop (lope your horses). Quand l’ordre de changement de direction est donné (reverse your horses), les cavaliers doivent faire demi-tour sans changer d’allure. Il y a aussi un reculer.

Un autre ordre peut aussi être demandé : un trot allongé. Le trot est normalement lent, mais dans ce cas, il faut aller plus vite, le plus vite possible en gardant le cheval tranquille, rennes longues et sans jamais tomber au galop.

Si vous voulez impressionner le juge (et c’est bien le but du jeu), obéissez immédiatement aux ordres. Il n’y a pas urgence, vous avez le temps de préparer votre quarter horse , mais n’attendez pas que les autres concurrents réagissent. Ainsi, si le cavalier qui vous précède attend celui qui est devant lui pour obtempérer à l’ordre de passer au trot quand vous êtes au pas, n’attendez pas, lancer votre cheval et dépassez les si nécessaire.

Que veut donc voir le juge en particulier ?

Un cheval calme et relax, qui porte son cou et sa tête à une belle hauteur, avec un bon rythme dans ses allures, et qu’il n’ait jamais besoin de retenir. Il veut voir un galop, un trot et un pas naturels, calmes et enveloppés. Le cheval doit rester à une vitesse adaptée à son allure, sans jamais donner l’impression qu’il va casser son allure. Vos rennes doivent sembler un peu paresseuses. Vous devez aussi être installé très confortablement, un observateur ne doit détecter aucun mouvement ou tressaillement, et quand un changement d’allure est demandé, vous devez l’executer promptement et avec calme, sans que le cheval ne perde son sang-froid, sans qu’il remue la tête ou tire sur le mors.

La plupart des quarter horses ont les qualités nécessaires : ils ont de belles allures, beaux à regarder, et suffisamment à l’aise pour ne pas avoir envie de s’enfuir. Mais c’est souvent aux changements de rythme que les difficultés apparaissent et que la class se perd.

Pour gagner une class un peu dure, il vous faudra un bon cheval. C’est à dire, un quarter horse aux mouvements doux, au port de tête naturellement élégant, habitué aux autres chevaux et qui répondra aux changements demandés de façon immédiate, aisé et sans que vous ayez trop à travailler.
Il vous faudra aussi une belle allure dans la selle et une attitude de vainqueur : si quand vous regardez votre cheval, vous dites au juge “je ne fais pas confiance à ce cheval”, le juge ne vous fera pas confiance à son tour. Si vous semblez vous ennuyer, ne pas savoir ce que vous faites là, malheureux et surtout peu fier de votre allure et de celle de votre cheval, le juge ne pourra jamais vous imaginé en vainqueur.

D’autres trucs sont à connaître. Quand vous entrez dans le manège, cherchez un endroit dans la file où vous aurez de l’espace (faites attention à ce que votre dossard soit bien visible). Regardez les autres cavaliers et évaluez ceux qui ont de bons quarter horses, et ceux qui auront sans doute des ennuis avec les leurs. Eloignez vous des seconds, ils pourraient vous géner, vous couper devant, ou stopper sans raison apparente.